Jean-François Veillard, abstract figurative painting from France

Jean-François Veillard, abstract figurative painting from France

March 28, 2018 | figurative painting | No Comments

(As an artist who often draws with my less dominant hand(but not both at the SAME time), this video is very interesting – Paula O’Brien)

Talkative, decorative, colored, the iconology of Jean François VEILLARD plays on a level of inspiration, which is always looking for a peculiar impertinence. As in a child’s imaginary, the assembly of scattered elements creates a very personal and symbolic microcosm. Aggressive feelings, uncontrolled fears, strange laughter, eloquent and effective gestures, pleasure seeking. Reality reflects into the distorting mirror of the artist’s imagination. Here, everything is possible, everything is allowed. A complex phantasmagoria. Instinctive and personified tensions are uncovered. The act of painting only interests the artist as far as it satisfies best the most loony schemes of his imaginary and not necessarily the precise pictorial requirements. There is no way he will imitate reality. The most vivid colors heighten the images to a personal symbolic awareness.

The eye of the artist creates a space where his heroes and heroines are seen through the magnifying lenses of his humor. There is a certain relationship with James Ensor and Max Beckmann. Akin to a full aureole, sometimes transparent, the perfect circle appears recurrently in some of his paintings. Jean François VEILLARD’s characters are cheerful. Given distinct signs, which are theirs alone, they welcome us from the height of their tender originality. Nearly human, Jean François VEILLARD’s paintings glorify the plasticity of life

Ileana CORNEA, critique d’art

L’œuvre de Jean-François Veillard est une immense scène de théâtre figurative qui ouvre le rideau sur la folie humaine ; l’endroit rêvé pour les micro-histoires et les mythes.

Jean-François Veillard peint à l’huile sur toile. Il dessine au préalable des croquis avant d’agencer la couleur au pinceau. Son parcours de formation lui apporte une maîtrise du savoir-faire et de la précision qu’il remet ensuite en question. « Ma peinture est expressionniste, je veux que l’on sente le geste avant tout. » L’artiste brouille ses miroirs polis et déjoue sa technique trop efficace pour saborder son talent figuratif. Il s’attache au geste plus qu’au précis, à la perspective plus qu’à la morale. C’est l’être humain, la vie, la folie de l’Homme, la chair et ses travers qui l’intéressent. Des personnages fantasques d’aujourd’hui se mêlent à des créatures surréalistes issues des fables et légendes d’hier. Un joyeux équilibre dense à lectures multiples où la réalité, la fiction et les différents niveaux de récit s’entrechoquent. On y croise Saint-Georges terrassant le dragon, Saint-Antoine succombant aux tentations, quelques auxiliaires de vie ou autres nymphes dénudées, ornées d’un appareil technologique dernier cri. La structure narrative souligne l’achronie. Elle entraîne la présence de ces personnages à la chair bouffie, parfois sanguinolente, saisis dans une situation, un lieu non identifié hors du temps.

L’instance tragico-comique organise le point de vue dans un esprit Comedia del arte où le masque peut devenir l’élément récurrent. « Mes personnages sont des images que l’on voit partout. Ce sont des personnages anciens mais insérés dans le temps présent. Ils correspondent à des événements actuels et racontent une histoire à plusieurs clés. » Les individus sont presque beckettien, prisonniers de leurs conditions, exposés à la torpeur d’une menace sourde, à la fois drolatique et dramatique. Des animaux ; chiens, chimpanzés, cochons font aussi partie de la farce. Cette mise à l’épreuve frise parfois l’absurde. Les travaux de l’artiste sont des histoires bavardes, des rêves fiévreux où tout se transforme et mute. L’argument magistralement neutralisé, se laisse réapproprier par l’inconscient. Il interroge sur sa capacité presque magique de projection.

Le bestiaire côtoie quelques vanités, autres témoins d’une certaine magie noire, amusée et dérisoire. La mort est montrée comme le rendez-vous de tous les vivants. Les scènes d’intérieur ouvrent sur l’extérieur par le biais d’une petite fenêtre, systématiquement présente en arrière plan. Cette porte d’accès vers le mystère, une étrangeté non cloisonnée, renforce le brouillage d’unité de temps et de lieu. Il est certain que la peinture de Jean-François Veillard est joyeuse et profonde. Elle combine librement humour, adaptation de faux sérieux et de réelle réflexion. Elle nous transporte vers une atmosphère fantastique où la déviance incite d’elle-même à transgresser le réalisme.
Jean-François Veillard


Tags: , , , ,


Share this article:



Would you like to share your thoughts?

Your email address will not be published. Required fields are marked *